Comment gagner 4000€/mois en tant que manager ?

11

Être un bon manager ne s’improvise pas ! Ce métier requiert différentes compétences techniques et relationnelles, qu’il faudra acquérir ou posséder. Par ailleurs doper son cursus ne garantit pas toujours un bon salaire. Autant apporter sa contribution dans un secteur qui marche ou dans un métier d’avenir.

Développer les bonnes aptitudes

Les hard skills

Aussi appelés compétences techniques, les hard skills sont les savoir-faire professionnels. Il s’agit entre autres de la maitrise du fonctionnement d’un logiciel, d’une machine ou d’un outil précis. Sont également considérées comme hard skills les connaissances commerciales, celles acquises dans les écoles, lors d’une formation management ou à travers les expériences professionnelles.

Lire également : Création de boutiques Shopify : pourquoi devriez-vous confier la mission à une agence spécialisée ?

Les soft skills

Les soft skills ou les compétences émotionnelles sont les compétences relationnelles. Il s’agit de la capacité en communication, en collaboration et en échange efficace du manager. Un bon manager doit savoir converger les compétences de son équipe afin d’atteindre les objectifs fixés et ainsi faire développer l’entreprise.

En règle générale, les soft skills sont le résultat des expériences professionnelles et extra-professionnelles. Par ailleurs, il est tout à fait possible de développer ce type de compétences à travers une formation.

A lire également : Placement de trésorerie : pourquoi contacter un courtier ?

Mettre ses compétences au service d’un secteur innovant

A l’ère du digital, tous les comportements se voient transformés. Le secteur métier n’y échappe pas ! En plus d’être prometteur, la Tech offre de nombreux avantages, dont un salaire motivant. Une plateforme de notation des entreprises a ainsi établi un classement des postes Tech avec un salaire de base moyen supérieur ou égal à 37 000 euros l’année, soit plus de 3 000 euros le mois, en 2019.

Architecte logiciel

Ce poste requiert des connaissances en architectures systèmes et logicielles complexes. Ce professionnel fait également une analyse des architectures existantes afin d’émettre des recommandations pour une éventuelle refonte. En tant que manager, il est de bons conseils à l’équipe de développement et s’assure que les standards d’architecture sont bien définis.

Le Data Scientist

Comme à son éponyme, le Data Scientist est le chef de la data, voire de la big data. Dans les détails, il aide à l’identification de tous les besoins, positifs ou négatifs, de l’entreprise. Suite aux problématiques identifiées, il définit les bons indicateurs de données pour y répondre. D’autre part, ce professionnel organise les données obtenues pour les rendre exploitables à son entreprise.

Le Data analyst

Dans la même optique que le Data Scientist, le Data Analyst est en charge de la création d’une base de données et d’en analyser les informations pour les rendre exploitables. Il est également garant de la cohérence et la qualité de ces données récoltées. En plus, il garde un œil sur la stratégie marketing de l’entreprise et reste un bon conseiller.

Le product Owner

Véritable chef d’orchestre dans l’univers Tech, le product owner a pour mission de définir et créer un produit via la méthode Scrum. Concrètement, il est l’intermédiaire entre la technique et le client : dresse la vision du produit, dresse la feuille de route, définit les étapes techniques et supervise les tests de qualité.