3 étapes pour investir dans l’immobilier locatif

23

L’immobilier est un secteur d’investissement rentable. De nombreuses personnes s’y intéressent en mettant en location un logement ou un appartement. Cependant, il faut franchir certaines étapes pour mener à bien votre investissement immobilier. La préparation constitue donc la clé de réussite d’un tel projet. Découvrez ici 3 étapes à suivre pour investir dans l’immobilier locatif.

Fixer son budget

Si vous souhaitez investir dans l’immobilier locatif, il faut dans un premier temps fixer le budget d’achat. Dans ce sens, l’épargne peut être un apport précieux. Elle vous sera d’une grande utilité si vous avez besoin de prêt pour financer votre projet immobilier. Dans ce cas de figure, il faudra recourir à un organisme financier. Ce dernier se basera sur certains critères pour vous octroyer un financement conséquent pour concrétiser votre projet. Déjà, sachez qu’il est possible d’obtenir des financements sans apports.

A découvrir également : Start-up : quels sont les avantages de se faire accompagner par un avocat ?

Cependant, les banques exigent en général 10% d’apport personnel. En plus de cela, ces organismes prennent en compte le taux d’endettement et la capacité d’emprunt avant d’octroyer un crédit. Évitez donc les dépenses conséquentes avant d’effectuer la demande d’emprunt. Pour bénéficier d’un prêt, votre taux d’endettement ne doit pas être supérieur à 33%, voire 35% de vos revenus actuels. Si besoin, contactez Inside Société pour bénéficier de solutions digitales en rapport avec votre projet.

Rechercher le bien immobilier

Après la définition du budget d’acquisition, vous devez enclencher les recherches de votre bien immobilier en vous accentuant sur vos critères stricts. Ces derniers comprennent notamment le type de bien souhaité. S’agit-il d’un studio, de deux pièces ou d’un grand logement ? Votre réponse vous guidera dans la recherche d’investissement locatif. Aussi, en lisant la revue foncière, vous apprendrez davantage sur le sujet.

A lire en complément : Comment ne pas se faire virer ?

Pour bénéficier des avantages fiscaux, vous pouvez par exemple vous tourner vers la loi Pinel. À cet effet, vous devez vous renseigner sur les conditions pour profiter de ce dispositif. Pour information, celui-ci concerne les logements situés dans les zones A, Abis et B1. Le propriétaire du logement doit aussi s’engager à mettre son logement en location entre 6 ans et 12 ans. Pour réussir votre investissement locatif, il faut savoir également que l’emplacement du bien y joue un rôle essentiel. Privilégiez les zones faciles d’accès, notamment des logements à proximité des transports, écoles, centre-ville, marchés, etc.

Déterminer la rentabilité de l’investissement locatif

Afin de déduire la rentabilité de votre investissement, il faudra effectuer certains calculs. Ces derniers se rapportent à la rentabilité brute, la rentabilité nette et la rentabilité nette nette. La première rentabilité est calculée en faisant la division de vos loyers par le montant investi dans le projet. Le résultat obtenu sera multiplié par 100 pour trouver finalement la rentabilité brute.

La rentabilité nette, quant à elle, se calcule en faisant la soustraction des loyers par les charges et frais de votre placement. La rentabilité nette nette est obtenue en soustrayant de la rentabilité nette d’autres frais relatifs à votre investissement locatif comme les frais d’agence.

Par ailleurs, le type de bail est un élément important à prendre en compte. Vous avez le choix entre le vide ou le meublé. À savoir que votre choix a une influence sur votre imposition. Dans le premier cas, il faut déclarer vos revenus s’ils ne sont pas supérieurs à 15 000 euros par an. Dans le second cas, la déclaration doit se faire au régime des loueurs en meublé professionnel si les revenus annuels ne dépassent pas 23 000 euros ou non professionnel si revenus sont en dessous de 23 000 euros.