Comment créer une personne morale ?

10

Quelles sont les différences entre une personne physique et une personne morale ? En quoi diffèrent-ils et quelles caractéristiques ont-ils ? Découvrez les différences entre ces deux concepts clés du droit français.

L’ entité juridique est une fiction juridique . En fait, l’entité juridique, contrairement à la personne physique qui est une personne dans la viande et les os comme vous et moi, est une création d’esprit, qui est soumise à ses propres règles juridiques. Comme la personne physique, l’entité juridique a des obligations et des droits. Dans le langage commun, « entité juridique » et « société  » sont souvent confondus.

A lire en complément : C'est quoi un dirigeant d'entreprise ?

LegalVision explique tout sur les subtilités juridiques en ce qui concerne la personnalité juridique.

Résumé

I/ Qu’est-ce qu’une personne morale ? II/La Caractéristiques de la personnalité morale III/ Création d’une personne moraleIV/ Terme l’existence d’une personne morale

A lire également : Comment créer une antenne d'une association ?

I/ Qu’est-ce qu’une personne morale ?

A) Entité juridique : définition juridique

Selon l’INSEE, une personne morale est « un groupe doté de la personnalité juridique. En général, une personne morale est constituée d’un groupe de personnes physiques réunies pour réaliser quelque chose de commun . Ce groupe peut également rassembler des personnes physiques et morales. Il peut également se composer d’un seul élément. La personnalité juridique confère à la personne morale des droits et des obligations ».

Il est donc entendu d’après la lecture qu’il s’agit d’une unité qui s’est vu attribuer la personnalité juridique sur la base de formalités afin d’atteindre un objectif. Dans le cas des entreprises, l’objectif est en principe, la distribution des bénéfices générés par les activités de l’entreprise.

B) Entité juridique en droit commercial

Les personnes morales sont mentionnées dans les articles 1832 et suivants du Code civil. Elles peuvent prendre diverses formes : société de personnes (SNC), SARL, société anonyme (EURL), société anonyme (SA), société civile, société anonyme simplifiée (SAS), personne personnelle, société anonyme simplifiée (SASU), etc.

Il est donc possible de distinguer deux grandes familles d’entreprises  :

  • D’ une part, les sociétés civiles (comme le SCI) et les entreprises commerciales  : pour les différencier, il faut examiner la forme et l’objet de l’entreprise.
  • D’ autre part, les entreprises multipersonnelles et unipersonnelles . Le Les sociétés multipersonnelles sont composées de plusieurs partenaires, tandis que les entreprises individuelles se composent d’un seul partenaire.

Notez qu’il y a des entreprises multipersonnelles ou commerciales uniques !

Propriétaires uniques et titulaires de droits

Lorsqu’ une personne physique crée une société, elle peut décider de lui attribuer ou non la personnalité juridique . En fait, il existe plusieurs types de sociétés dans lesquelles une seule personne physique est impliquée :

  • Sociétés individuelles du personnel :

Il existe plusieurs entreprises d’une seule personne, c’est-à-dire des entreprises qui se composent d’un seul partenaire . Est-ce que sa personnalité fusionne avec celle du partenaire ?

Par exemple :EURL, une personne physique ou morale ? Entité juridique. Depuis 1985, une personne morale ne peut avoir un partenaire : il s’agit alors d’un EURL doté de la personnalité juridique (entité juridique EURL). SASU , personne morale ou personne physique ? Comme pour EURL/SARL, SASU sont des entités juridiques (forme unique de SAS).

  • Entrepreneuriat autonome

Entrepreneur indépendant, personne physique ou morale ? Personne physique. En fait, il n’y a pas de différence entre l’entrepreneur et son entreprise. En conséquence, aucune des formalités applicables aux entreprises (rédaction des statuts, établissement du siège social, enregistrement auprès du RCS, etc.) ne doit être remplie… Mais aussi que l’entrepreneur est responsable des pertes professionnelles de ses biens personnels . La micro-entreprise n’a pas de personnalité juridique.

Entreprises sans personnalité juridique

Ceci ne s’applique pas aux sociétés inscrites au registre du commerce parce que les partenaires ne voulaient pas cela (il s’appelle une société participante) ou parce que les partenaires ne savent pas qu’ils sont associés : ils n’ont pas demandé d’enregistrement, mais ils se comportent comme des partenaires d’une entreprise, parlent d’une entreprise qui a été effectivement établie .

Contrairement à d’autres sociétés, les entreprises sans personnalité juridique ne peuvent poursuivre, posséder des biens ou conclure des contrats. Seule la personne physique est importante dans ces cas, puisque l’ entreprise n’a pas d’autonomie juridique . Une personne physique peut décider de créer une entreprise comme une SASU sans l’enregistrer ultérieurement.

II/ Caractéristiques de la personnalité juridique

La personnalité juridique d’une entreprise lui confère deux types d’attributs.

( A) La personnalité juridique des entreprises lui confère en termes d’identité

Ces attributs sont liés à :

  • Lenom de la société . Cela peut être fait pour sa propre raison (noms des associés qui suivent les autres) ou sous le nom de son entreprise.
  • Le siège social de l’entreprise . Il déterminera où il sera traduit en justice et où toutes les formalités publicitaires doivent être accomplies.

B) La personnalité de l’entreprise lui donne des attributs en termes d’activité

C’ est :

  • Patrimoine social  : L’entreprise a un patrimoine différent de celui de ses employés. Il peut être le propriétaire du bien et le débiteur ou le créancier des obligations.
  • La capacité juridique d’une personne morale : il ne s’agit pas de la capacité des employés à conclure le contrat, mais de la capacité de l’ Société elle-même. Une entité dotée de la personnalité juridique a la capacité juridique. Une distinction est faite entre la capacité de jouissance (c’est le titulaire des droits) et l’exercice (elle exerce ses propres droits, une entreprise exerce ses droits par l’intermédiaire de son représentant, personne physique).

Exemple d’entité juridique : LLC.

Selon la forme choisie par les associés, leur responsabilité est plus ou moins limitée et la gestion de l’entreprise est plus ou moins facilitée. Prenons l’exemple des LLC (article L. 223-1 et suivants du Code de commerce), les entreprises les plus populaires en France :

Opérations

LLC sont des sociétés commerciales Les . Les partenaires apportent la société avec différents types d’éléments (capital, contributions non monétaires ou de l’industrie) pour lesquels ils reçoivent des actions sociales (nous parlons d’actions de sociétés). Contrairement à Sociétés anonymes, le nombre d’associés est limité à 100 personnes.

responsabilité

La responsabilité professionnelle des associés est limitée au montant de leur contribution  : ils sont donc protégés. Cette solution est également utilisée dans les sociétés anonymes telles que les sociétés anonymes. Toutefois, cette solution n’est pas adoptée par d’autres sociétés telles que la société en nom collectif (SNC), où les partenaires peuvent payer la dette sociale de leurs actifs personnels.

Gestion

Les partenaires de la SARL se réunissent plusieurs fois par an pour convoquer le directeur lors d’ assemblées générales ordinaires pour prendre des décisions sur l’entreprise et parfois lors d’assemblées générales extraordinaires. Contrairement aux sociétés anonymes, les services sociaux ne sont pas librement transférables : si le partenaire souhaite vendre ses actions, il doit obtenir le consentement des autres associés par un Obtenir des procédures d’accréditation. Surtout pour les gestionnaires et les associés :

  • A propos du directeur de SARL  : il est nécessairement une personne physique. Il est nommé par les employés (ou ils sont nommés parce qu’ils peuvent être plusieurs).
  • Dans les partenaires de la SARL  : Les associés peuvent être une personne physique et morale.

Une question récurrente qui se pose est aussi : à qui appartient une entreprise ? Comme nous l’avons vu, une société est l’un des partenaires qui l’ont établie (ils détiennent des actions ou des actions dans leurs sociétés), mais est gérée par des gestionnaires ou des administrateurs dont les actions affectent l’entreprise envers des tiers.

LegalVision vous aide à créer votre LLC.

III/ Création d’une entité juridique

Voulez-vous démarrer votre entreprise ? Vous êtes en train de configurer votre startup ? Certains articles doivent être devrait être envisagée afin de pouvoir mener à bien ce projet.

Tout d’abord, il s’agit de savoir quelle entreprise vous voulez démarrer : une LLC ? UN SAS ? Un EURL ? Une sci familiale ? Ou une SA ? Pour vous aider à choisir, vous devez tenir compte de plusieurs critères, tels que le budget que vous avez, le désir ou non de cibler plusieurs entreprises…

La création d’une entreprise comprend également plusieurs étapes :

  • Signer les statuts et apporter des contributions à l’entreprise,
  • préparer et publier les mentions légales relatives à la création de la société,
  • Inscription au registre du commerce et des sociétés , qui est déposé au greffe de la Cour de commerce dans la juridiction de votre entreprise avec divers documents, y compris les lois.

Gardez à l’esprit que le Les sociétés pour la plupart des sociétés à partir de l’enregistrement auront la personnalité juridique (article L. 201-6 du Code de commerce) et posséderont donc les attributs ci-dessus.

IV/ Terme l’existence d’une personne morale

Vous pouvez également mettre fin à l’existence d’une entité juridique. Ici aussi, les étapes doivent être observées et LegalVision peut vous accompagner.

Il sera d’abord nécessaire de dissoudre la société, puis de la liquider. Ces deux étapes doivent être distinguées.

  • Les associés doivent d’abord voter pour la dissolution de la société lors d’une assemblée générale extraordinaire (« AGE »), puis choisir un liquidateur. Le procès-verbal doit être publié dans un avis juridique dans un délai d’un mois.
  • Le liquidateur a alors la tâche de gérer l’entreprise. liquider , et une fois les transactions terminées, il recueille un AGE final pour notifier les partenaires et préparer un rapport final sur la liquidation.

Une fois ces deux étapes terminées, vous devez passer à l’avis de résiliation de la Société, qui est à la disposition du RCS de votre greffe de tribunal de commerce.

Dans notre article, nous ne traitons ici que de la liquidation consensuelle de la société. C’est le cas lorsqu’une entreprise n’a pas de difficultés financières insurmontables, mais que les partenaires décident de fermer l’entreprise conformément à la procédure de liquidation anticipée. Cependant, il y a aussi le cas de liquidation judiciaire, qui est décidée par un juge lorsque l’entreprise rencontre des difficultés économiques.