Comment se fait la prévoyance professionnelle en Suisse 

10

Datant de 1982, la loi fédérale sur la prévoyance professionnelle vieillesse, survivants et invalidité est considérée comme un complément au système de retraite. C’est un système de retraite par capitalisation qui fait partie du système des 3 piliers.

Découvrez davantage à travers cet article ce qu’est la prévoyance professionnelle Suisse.

A voir aussi : Comment faire une analyse critique d’un sujet ?

Un système de 3 piliers

En Suisse, le système des 3 piliers vise à aider les employés à se préparer pour la retraite et laisser un héritage pour les générations futures. Le 1er pilier est une assurance qui concerne la vieillesse, la survie et l’invalidité ; elle est obligatoire pour tous ceux qui travaillent en Suisse.

Quant au 2ème pilier, il s’agit de la prévoyance professionnelle obligatoire qui est une sorte de cotisation parallèle du salarié et de l’employeur, qui versent respectivement des pourcentages définis par l’État. Il a pour but de renforcer le 1er pilier et constitue une épargne professionnelle au salarié, disponible dès sa retraite.

A lire aussi : Comment avoir un recrutement efficace ?

En outre, le 3ème pilier ou la prévoyance facultative est une source de revenus complémentaires pour garantir la retraite. Il se subdivise en 2 catégories, le 3ème pilier A et B. Il s’agit d’une prévoyance individuelle des salariés, pour pallier aux lacunes laissées par les prévoyances des piliers 1 et 2.

Le 3ème pilier A est une solution de défiscalisation pour permettre aux salariés de construire une retraite paisible. Avec la réduction du montant déposable tout au long de l’année, le 3ème pilier A est donc une solution pour réduire les montants à payer aux impôts par le salarié qui y souscrit. Pour le compte de l’année 2021, les montants déposables sont fixés à 6 883 francs suisses pour les salariés et 34.416 pour les indépendants.

Le 3ème pilier B encore appelé assurance-vie est un contrat d’assurance dans lequel il est retiré sur votre salaire une prime. Néanmoins, il faut noter qu’une rupture du contrat d’assurance-vie peut coûter énormément au salarié. Il est donc important de bien mûrir l’idée et de vérifier de fond en comble les clauses de contrat avant de le signer.

Qui peut souscrire au 3ème pilier ?

Que ce soit pour le 3ème pilier A ou B, les personnes éligibles pour y souscrire sont les personnes résidant en Suisse. Pour la catégorie A, les modèles disponibles sont sous forme d’assurance ou de modèle bancaire (contrat d’épargne) alors que le 3ème pilier B, n’est disponible qu’en modèle d’assurance.

Dans la plupart des cas, c’est le salarié qui prend l’initiative de procéder à la souscription d’un 3ème pilier lié ou libre. Vous pouvez demander une offre de 3ème pilier auprès des institutions bancaires ou d’assurance. Elles sont habilitées à faire une estimation de votre 3ème pilier afin de vous situer sur vos gains pour les prochaines années.

Les fonds du 3ème pilier A sont dans un compte bloqué 5 ans au moins avant l’âge de la retraite, contrairement aux fonds du 3ème pilier B qui sont disponibles aussitôt à la fin du contrat qui dure sur une période de 5, 10 ou 20 ans au maximum.