Que faire si l’assureur refuse de vous indemniser suite au cambriolage de vos bureaux ?

245

Le plus grand danger, en ce qui concerne l’indemnisation suite à un vol ayant eu lieu dans vos bureaux, est si celui-ci s’est produit sans signe d’infraction. Il pourrait alors être difficile de prouver qu’un cambrioleur est entré. Ceci dit, il existe des recours. Voici ce qu’il faut faire si votre assureur refuse de vous indemniser.

Que doit-on faire pour prévenir un cambriolage ?

Soyons honnêtes, il est préférable de prévenir que de se retrouver dans une situation où des documents ou objets précieux nous ont été dérobés. C’est pourquoi il est indispensable de songer à la pose d’une alarme pour professionnels. C’est la solution la plus adaptée à la prévention contre les voleurs, pour toutes les sociétés. Les vols à l’intérieur des bureaux peuvent être dévastateurs pour une entreprise. Par exemple, si les criminels venaient à prendre tous les ordinateurs et serveurs qui s’y trouvaient lors de leur passage, il est probable que la perte d’information soit importante, voire même catastrophique. Il est donc primordial de se doter d’un système qui fera en sorte d’éloigner les voleurs, mais aussi de nous indiquer, en temps réel, si une personne est entrée illégalement, afin de pouvoir agir immédiatement.

A voir aussi : Les meilleurs jeux sur les casinos en ligne

Le problème de l’entrée sans infraction

Si on ne trouve aucune dégradation ou destruction volontaire par forcement de tout dispositif qui permet la fermeture des bureaux (portes et fenêtres), on considérera automatiquement que le vol a été fait sans effraction. Cela peut se produire de différentes manières. Les cambrioleurs peuvent pénétrer par une fenêtre laissée entrouverte, ou encore en prétendant être quelqu’un qu’ils ne sont pas (personnel travaillant pour une entreprise énergétique, de télécommunication, ou encore un pompier ou un policier). Il est aussi possible que le système de protection des bureaux soit « hacké » afin de pouvoir entrer librement, sans déclencher une alarme. D’une manière ou d’une autre, cela pourra créer des problèmes, en ce qui concerne l’indemnisation de l’assureur des lieux, puisqu’il est plus difficile de prouver le passage de personnes non-autorisées à entrer dans les bureaux de l’entreprise.

Vérifier les clauses du contrat d’assurance

Dans le cas où l’assureur s’opposerait à une indemnisation, il faut alors chercher à comprendre pourquoi. Il faut donc lire le contrat en entier, afin de voir si une ou plusieurs clauses expliquent leur décision, ou si au contraire, nous pouvons prouver qu’ils sont responsables dans une telle situation. En effet, les garanties contre le vol diffèrent grandement d’un contrat d’assurance à un autre. Il est donc nécessaire de vérifier les conditions générales et particulières du contrat, pour confirmer, ou non, la responsabilité de l’assureur.

A lire en complément : Quels sont les métiers qui recrutent en France ?

Que faire pour mettre toutes les chances de notre côté ?

Tout d’abord, il ne faut pas attendre et porter plainte à la police, dès que l’on se rend compte de la situation. Ce dépôt de plainte au commissariat ou à la gendarmerie devra être envoyé à l’assureur. Cela doit se faire à l’intérieur de 48 heures, à partir du moment où le vol est découvert. On peut le faire de plusieurs manières différentes, soit en ligne, par téléphone, ou encore par voie postale. L’avantage de ce dernier, est que nous conservons une preuve d’envoi, par poste recommandée.