La retraite complémentaire, un avantage social pour fidéliser les cadres de votre entreprise

163

Parce que vos cadres constituent la plus précieuse de vos ressources, il est important de renforcer leur engagement. En réalité, disposer des collaborateurs compétents et engagés est le rêve de tout employeur ou dirigeant qui souhaite développer son entreprise. D’ailleurs, cela constitue un enjeu économique nécessaire de nos jours.

Et pour y arriver, il faudra mettre en œuvre des prestations sociales notamment la retraite complémentaire. Cet outil d’épargne optimise la fidélisation des talents en entreprise. Zoom sur la retraite complémentaire en entreprise.

A lire aussi : Comment choisir un meuble de bureau ?

Comment fonctionne la retraite complémentaire ?

nn
Avant tout, il est important de savoir que la complémentaire retraite s’applique uniquement aux employés du secteur privé. Elle ne concerne donc pas les agents de la fonction publique. Ainsi, dans le cadre de la retraite complémentaire, les salariés doivent à la fois cotiser au régime imposé par la Sécurité sociale et celui de la retraite complémentaire. Il existe deux types de cotisations :

  • Pour les salariés non-cadres : la cotisation s’effectue auprès de l’Association pour le Régime de Retraite Complémentaire des salariés (Arrco), peu importe le niveau hiérarchique de l’employé ;
  • Pour les cadres et les ingénieurs : ils doivent payer deux cotisations auprès de deux organismes distincts. La première cotisation est faite auprès de l’Arrco puis la seconde auprès de l’Association Générale des Institutions de Retraite complémentaire des Cadres (Agirc).

C’est en fonction de ces cotisations que la complémentaire retraite sera calculée.

Lire également : Pourquoi faire le coaching en entreprise ?

Quels sont les avantages de la retraite complémentaire pour les cadres d’une entreprise ?

Le fait de souscrire un per entreprise confère des avantages intéressants. Le premier bénéfice de ce Plan d’Épargne Retraite est qu’il permet au cadre retraité de toucher une sorte de 2e pension une fois à la retraite. Il s’agit d’une somme d’argent qui n’équivaut pas à la pension de base, mais permet de compléter les budgets afin d’affiner les revenus.

La retraite complémentaire est une solution qui permet de répondre aux besoins de certains cadres d’avoir une vie décente après qui se voient retirer leurs salaires du jour au lendemain. Lorsque le salarié aura atteint les 60 ans qui constituent l’âge légal de la retraite, il pourra à la fois bénéficier de sa pension légale, mais aussi de sa retraite complémentaire.

Il pourra également percevoir une pension d’invalidité ou une pension de décès. Une autre raison de souscrire à une retraite complémentaire est qu’elle permet de réduire l’effet de l’inflation sur la pension. Cela facilite ainsi la vie des retraités au quotidien. À voir de près, souscrire à une PER est un excellent moyen pour fidéliser et motiver ses collaborateurs en raison de ses avantages.

De plus, la préparation de la retraite via la retraite complémentaire est intéressante d’un point de vue fiscal pour le salarié. Il bénéficie selon le cas d’importants avantages fiscaux, comme la non-imposition sur le revenu au titre des sommes versées par l’entreprise (abondements). Par ailleurs, il est important de rappeler que la souscription d’une retraite complémentaire est également avantageuse fiscalement à l’entreprise.

Comment se calcule la complémentaire retraite ?

nn
Le calcul se fait sur la base d’un système de points obtenus pendant toute la vie professionnelle. Chaque année, l’Agirc et l’Arrco attribuent une valeur précise à ces points de retraite. Il faudra multiplier le nombre de points (la totalité des points que le salarié a obtenus pendant toute sa carrière) acquis par une valeur de points.

Pour ceux qui n’ont pas assez cotisé pour percevoir une retraite de base à taux plein, la retraite complémentaire sera calculée à partir du taux réduit. En conclusion, pour profiter de la rente à l’issue de la souscription à une complémentaire retraite, il faudra multiplier le nombre de points par la valeur de point puis par le coefficient de minoration.