Les caractéristiques d’une SASU

23

La SASU ou la Société par Actions Simplifiée Unipersonnelle peut se définir comme une SAS, mais elle ne compte qu’un seul associé. On peut donc parler de société à vocation commerciale comme une EURL. Pour un entrepreneur qui ne veut pas s’installer en nom propre, la SASU peut être une bonne alternative. Découvrons dans cet article les caractéristiques d’une SASU.

A voir aussi : Dommage corporel : devriez-vous faire appel à un avocat ?

Ne pas confondre SASU et EURL

Dans la variété des statuts juridiques, on peut parfois confondre la SASU et l’EURL. D’ailleurs, un entrepreneur qui veut créer son entreprise pour exercer son activité peut choisir le statut de SASU et d’EURL. La différence entre les deux statuts réside dans le régime de sécurité sociale du dirigeant. Pour la SASU, le président est affilié au régime général de la sécurité sociale, tandis que pour l’EURL, le gérant est affilié au régime de sécurité sociale des indépendants. Il faut bien réfléchir sur le choix du statut juridique, car ce régime de sécurité sociale va avoir un impact sur le coût et le traitement des dividendes.

La SASU, un associé unique

Pour la SASU, on ne peut avoir qu’un seul associé. En choisissant ce statut, vous ne pouvez embarquer personne dans votre aventure entrepreneuriale. Si vous avez des amis qui veulent créer une société avec vous, il faut choisir un autre statut comme la SAS. Il est à préciser que cet associé unique peut être une personne physique ou morale.

A voir aussi : Où investir en Afrique en 2021 ?

La SASU, une responsabilité limitée aux apports

Ce statut juridique offre cet avantage de séparation du patrimoine personnel du créateur de l’entreprise et de son patrimoine professionnel. Ainsi, si des difficultés financières se présentent, les créanciers professionnels ne peuvent toucher à son patrimoine personnel. La responsabilité de l’entrepreneur est limitée au montant de ses apports, sauf exceptions comme des fautes dans la gestion de l’entreprise.

LA SASU, facile à gérer

Comme l’entrepreneur est le seul associé, il n’y a pas lieu de faire des assemblées générales pour la prise de décision. Il pourra décider, quand il veut, de se lancer ou non dans des actions impactant la vie de l’entreprise. Là aussi, il n’aura aucun compte rendu à faire. Une fois que vous avez rédigé les statuts, rendez-vous sur ce site spécialisé pour la publication d’annonces.

La SASU, aucun minimum imposé pour le capital social

Pour créer une SASU, un euro suffit pour constituer votre capital social. Pour être crédible aux yeux des tiers, notamment des partenaires et des investisseurs, il serait judicieux de faire des apports plus importants. L’entrepreneur peut faire des apports en nature aussi. Quant aux apports en numéraires, il faut qu’au moins la moitié soit libérée à la constitution.

La SASU, le régime social

Comme nous l’avons déjà évoqué ci-dessus, le président de la SASU est affilié au régime général de la sécurité sociale en tant qu’assimilé-salarié. Rassurez-vous quand même : ce régime fait profiter d’une meilleure protection sociale que celui du gérant d’une EURL qui lui est affilié à la sécurité sociale des indépendants.

La SASU, la fiscalité

Côté fiscalité, on parle d’imposition à l’impôt sur les sociétés. La fiscalité d’une SASU est similaire à celle de la SAS. Cependant, l’entrepreneur peut choisir l’impôt au régime des sociétés de personnes pendant les cinq premières années d’existence. Pour en savoir plus sur la SASU, allez sur ce site.