Quelle est la différence entre le 3eme pilier et l’assurance ?

13
Quelle est la différence entre le 3eme pilier et l'assurance

Le 3ème pilier est recommandé aux résidents suisses désireux de se constituer un complément pour mieux passer leur retraite. Cette prévoyance peut également poursuivre des objectifs immobiliers. Quelle que soit la raison qui vous motive à souscrire au 3ème pilier, vous ne pouvez souscrire votre contrat qu’auprès de deux organismes.

D’un côté on retrouve les banques et de l’autre les assurances. Souvent opposés, les deux établissements ne proposent pas les mêmes contrats 3ème pilier. Ce guide vous présente les différences entre les deux solutions pour mieux choisir votre 3ème pilier.

A voir aussi : Comment se fait la prévoyance professionnelle en Suisse 

L’engagement : premier point de différence

3e pilier banque ou assurance, l’interrogation est très fréquente et encore actuelle aujourd’hui. Si les deux organismes sont opposés, c’est parce que leurs offres en termes de 3ème pilier se distinguent au regard de la formule d’engagement qu’ils proposent.

Dans les établissements bancaires, seul le 3ème pilier lié est accepté. Les dépôts peuvent ainsi se faire librement quand le souscripteur le souhaite. Les placements sont réalisés dans un compte épargne classique. Mieux, ils peuvent être retirés à tout moment sans aucune pénalité.

A lire également : Comment faire une plaque professionnelle ?

Les compagnies d’assurance sont quant à elles ouvertes au 3ème pilier lié, mais aussi au 3ème pilier libre. Dans ces organismes, les versements sont encadrés. Le souscripteur doit s’en tenir aux dispositions du contrat.

Ici aussi, les fonds peuvent être retirés quand le titulaire du contrat le souhaite. Néanmoins, puisque le dépôt se réalise dans un fond de placement en assurance, une pénalité est appliquée.

est la différence entre le 3eme pilier et l'assurance

La sécurité et la garantie : deuxième point de différence

Banques et assurance sont également différentes en termes de 3ème pilier en ce qui concerne la sécurité et les garanties qu’elles offrent. Avec une banque, il n’est possible de bénéficier d’aucune garantie.

Pire, en cas de faillite de l’établissement, une grande de l’épargne peut être perdue si elle est conséquente. Les banques ne réalisent en effet qu’un remboursement de 100 000 francs suisses au plus.

Avec une assurance par contre, de belles garanties existent. Une couverture décès et une exonération ou une rente en cas d’invalidité peuvent notamment être intégrées au contrat. La sécurité du souscripteur est ainsi assurée. Même en cas de faillite, la compagnie assure le remboursement de la totalité des placements.

La rentabilité et la fiscalité : troisième point de différence

Le troisième point qui oppose la banque à l’assurance en termes de troisième pilier touche à la rentabilité. Les placements réalisés en banque sont moins rentables que ceux faits dans une compagnie d’assurance.

Aussi, le taux d’intérêt appliqué au placement peut fluctuer en fonction de la conjoncture dans les établissements bancaires. En assurance par contre, le taux d’intérêt est fixe et défini à la signature du contrat.

En cas de décès, les héritiers du souscripteur ont accès à la totalité de l’épargne dans le cas de la banque, tandis que seul le capital arrêté dans le contrat est versé aux bénéficiaires dans une assurance.

Pour finir, une fiscalité distincte est appliquée dans le cas de la succession. Les placements réalisés en banque ne bénéficient d’aucune réduction tandis que les avantages successoraux sont accordés dans le cadre de l’assurance. Il convient de tenir compte de tous ces éléments de différence pour choisir son établissement de souscription de manière éclairée.