Qui peut demander une rupture conventionnelle ?

149

Introduite en 2008, la rupture conventionnelle est devenue un moyen très utilisé pour mettre fin à la coopération entre un travailleur et son employeur. Elle offre un certain nombre d’avantages tant à l’employé qu’à l’employeur. Cette procédure avantageuse n’est accessible qu’aux salariés titulaires d’un contrat à durée indéterminée. Le travailleur percevra une indemnité et pourra utiliser les allocations de chômage s’il remplit les conditions d’attribution. La rupture conventionnelle implique un accord mutuel, puisque les deux parties doivent convenir des conditions de résiliation du contrat. Elle peut être initiée par l’employeur ou le salarié.

Qui peut engager la procédure de rupture conventionnelle ?

La rupture conventionnelle est une procédure qui ne s’applique qu’aux salariés en contrat à durée indéterminée. Les titulaires de CDD et les intérimaires ne peuvent pas demander une rupture conventionnelle. Par contre, un CDI à temps partiel peut bénéficier de cette procédure. Dans la fonction publique, les fonctionnaires à temps plein sont les seuls à pouvoir bénéficier d’une rupture conventionnelle.

A lire en complément : Quel est le rôle d’un huissier de justice et que vous apporte son intervention ?

En CDI, cette procédure comporte certaines règles spécifiques en matière d’indemnisation ou de préavis. Avant de quitter son travail, le salarié doit avoir l’accord de son employeur. Un entretien préalable permettra aux parties de convenir des modalités de départ du salarié, notamment la date de rupture du contrat de travail et le montant de l’indemnité de départ. L’employé peut demander l’assistance d’un délégué du personnel, mais en pratique moins de 10% des salariés se font accompagner. Il est possible d’organiser plusieurs entretiens pour déterminer toutes les conditions de départ.

La demande de rupture conventionnelle peut également être engagée par l’employeur. Dans un arrêt du 15 janvier 2014, la Cour de cassation a reconnu que le fait que l’employeur soit l’initiateur de la rupture conventionnelle ne remettait pas en cause la légalité de la procédure. Peu importe que l’un ou l’autre des partis fasse la demande, cela n’affecte pas les conditions de séparation, puisque le consentement de l’autre partie est obligatoire. La convention ne mentionne pas la personne qui a entrepris la démarche.

A lire aussi : Comment obtenir l'agrément de l'éducation nationale ?

Quelles sont les indemnités liées à la rupture conventionnelle ?

Un employé qui réussit sa demande de rupture conventionnelle a droit à une indemnité de départ et peut percevoir des allocations chômage. La rupture conventionnelle offre plus d’avantages qu’une démission à un employé qui souhaite quitter son emploi. La procédure de calcul du montant de l’allocation est fixée par la loi. La rupture conventionnelle en CDI classique ouvre également le droit à l’encaissement du PEE (Plan d’Epargne Entreprise). Cependant, elle ne donne pas droit à une défiscalisation sur le remboursement total ou partiel d’une assurance vie, qui intervient en cas de licenciement.

Comment demander une rupture conventionnelle ?

L’employé doit envoyer une lettre de demande de rupture conventionnelle à son employeur. Elle n’est pas rédigée de la même manière qu’une lettre de démission classique. Elle doit faire mention d’une demande d’entretien préalable, ainsi que l’article L.1237-11 du Code du travail. La lettre doit être envoyée par courrier recommandé avec accusé de réception.

La rupture conventionnelle peut avoir lieu si l’employeur et le salarié s’entendent sur les conditions de départ. L’accord prend la forme d’un formulaire de rupture conventionnelle Cerfa. Ce formulaire doit être signé par les deux parties dans les plus brefs délais. Une copie doit impérativement être remise au salarié, faute de quoi l’ensemble de la procédure sera déclaré nul, comme l’indique l’arrêt de la Cour de cassation du 6 février 2013.

Les travailleurs protégés (représentant du personnel, représentant syndical ou membre du comité d’entreprise) disposent d’un formulaire spécial de rupture conventionnelle. Comme en cas de licenciement, cette catégorie est soumise à des procédures particulières.

Quel est le délai pour une rupture conventionnelle ?

Après la signature du formulaire Cerfa, les deux parties disposent d’un délai de 15 jours calendaires. Ceci est considéré à partir de la date de signature. Ce délai correspond à la période pendant laquelle les deux parties peuvent se retirer de l’accord. Après cela, il faut tenir compte du délai d’obtention de l’approbation de la convention. Il n’y a pas de délai légal pour la rupture conventionnelle, notamment entre l’entretien et la signature de la convention.

Veuillez noter qu’aucun préavis n’est requis lors d’une rupture conventionnelle. Le départ de l’employé a lieu à la date convenue, une fois la convention approuvée. Au moment de son départ, l’employé reçoit plusieurs documents :

  • certificat de travail ;
  • attestation de pôle emploi, qui lui permettra de toucher des allocations chômage ;
  • reçu du solde de tout compte ;
  • un état récapitulatif de toutes les sommes et valeurs épargnées de la participation, de l’intéressement et de l’épargne salariale au sein de l’entreprise.

La rupture conventionnelle permet à l’employeur et au salarié en CDI de convenir d’un commun accord des modalités de rupture du contrat de travail les liant. Cette rupture peut être individuelle ou collective. Elle est possible sous certaines conditions, et avec indemnisation. Une procédure légale précise les étapes à suivre. Il est nécessaire de rédiger une convention pour résilier le contrat. La procédure peut être initiée par l’employeur ou le salarié.